Zoom sur...
Blog Business Zoom sur...

24
Septembre 2020

Lille, retail valley au coeur de l’action 2/3

Partager notre article :

Repenser l’ensemble de la chaîne de valeur

La principale conséquence de la crise sanitaire sur les comportements reste l’explosion de la livraison et du click & collect. Une véritable barrière est tombée du côté du consommateur permettant une accélération sans précédent des projets de digitalisation.

Les entreprises ont dû redoubler d’effort pour se rapprocher des consommateurs, comme en témoigne Nicolas Pelletier, City Leader agglo Lille chez Decathlon : « Pour faire face à la demande, nous avons réouvert partiellement les magasins pour les équipes et nous avons lancé le retrait sans contact. » Le principe ? Un drive où le client passe sa commande sur internet, les équipes la préparent en magasin et la déposent dans son coffre sur le parking. « Une vraie nouveauté pour Decathlon ! Nous avons d’abord testé le process sur 5 magasins en France dont le Decathlon Campus de Villeneuve d’Ascq. C’était le magasin qui avait l’offre la plus large et donc une forte capacité à satisfaire les demandes des clients. »

Entrepôt DispeoUne nécessaire mutation vers le digital, déjà amorcée avant la crise par de nombreuses enseignes. Mais ces transformations supposent au préalable une adaptation de la chaîne logistique et de nouveaux process. L’enjeu désormais est de rendre les supply chains plus résilientes avec une agilité renforcée et un changement dans le sourcing des partenaires. C’est aussi l’enjeu de la relocalisation voire de la réindustrialisation, à l’image du groupe Fashioncube (Jules, Bizzbee, Pimkie, Rouge Gorge ou encore Grain de Malice) qui n’a pas attendu la crise pour investir en ce sens. Le groupe a annoncé la mise en service d’une usine de production de denim qui sera implantée dans son berceau du Nord de la France, pour le second semestre 2021.

Enfin et c’est certainement la partie émergée de l’iceberg, les marques devront continuer à assurer un service minimum exigent : la distanciation sociale devient une nouvelle norme sociale. Respect des règles sanitaires, rapidité et facilité devront être au cœur des préoccupations pour repenser le service en boutique et donner envie au client de se déplacer. Trouver une valeur ajoutée, repenser le métier de vendeur, apporter des services supplémentaires à ce que le client peut trouver en ligne sont les enjeux omnicanaux remis en exergue par la crise.

Engagement environnemental, utilité sociale, proximité et engagement… Aujourd’hui les consommateurs attendent bien plus des marques qu’une simple relation commerciale et ne se contentent plus d’une posture éthique de la part de celles-ci. Avant la crise déjà, pour 1 Français sur 3, les entreprises et leurs marques devaient s’engager concrètement au niveau sociétal et/ou environnemental*. C’est ce qu’elles ont fait très rapidement dès les premiers jours face à la Covid-19 en s’impliquant dans les mouvements solidaires

Les premières semaines ont été l’occasion de réorienter la compétence de nos équipes et des outils de production et de création vers des produits de protection. Sur la région lilloise, cet élan a mobilisé beaucoup de monde et on a assisté à un bel effort collectif. Les Hauts-de-France sont un emblème de la solidarité durant la crise

souligne Nicolas Pelletier.

Cette solidarité s’est par exemple matérialisée par la production de solution hydroalcoolique chez Roquette, par Lemahieu qui a fédéré toute une communauté afin de produire des masques, par OVH qui a mis des clouds gratuitement à disposition pour garantir une continuité des services ou encore par l’action médiatisée de Decathlon qui a mis en open source les plans 3D de son masque de snorkeling pour l’adapter à un respirateur artificiel. Ces actions ne resteront pas isolées, elles ont donné du sens aux entreprises et à leurs collaborateurs et seront sans aucun doute un des piliers RSE sur lequel se construira le futur des retailers.

Vue 3D Lillénium
Etude Insitut Viavoice

Suivez-nous