Implantations d'entreprises
Blog Business Implantations d'entreprises

11
Janvier 2016

Phoenix Concordia : la société qui faire renaitre les avions de leurs cendres

Partager notre article :

On pourrait croire qu’il est né dans un cockpit tellement la passion l’anime lorsqu’il présente son organisme de formation aéronautique. Giovanni Ramon n’est pas pilote de l’air mais à la tête de Phoenix Concordia, société créé à Toulouse-Blagnac qu’il a décidé de transférer à Lille-Lesquin. Ce transfert de siège couplé à la création d’un établissement lui assure « beaucoup d’heures de vol » en tant que dirigeant, formateur et communicant de sa société.

 

Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Après un Brevet de Technicien Supérieur en maintenance aéronautique, 7 ans comme mécanicien avion dans l’Armée de l’air, 4 ans en tant qu’instructeur à l’Institut Aéronautique Amaury de la Grange (IAAG), puis 1 an comme responsable formation à Atlantic Air Industries à Toulouse, Giovanni Ramon a attrapé le « virus » de l’entrepreneuriat en 2014. Riche d’une expertise en maintenance aéronautique, Giovanni Ramon a créé sa société dans la région de Toulouse, berceau de la recherche, de l’innovation et de l’industrie aérospatiale… et pensait y prospérer. Ça, c’était avant qu’il ne cède aux sirènes de l’industrie du nord de la France.

 

Une nouvelle terre pour le phénix

« Ne vous fiez pas à l’oiseau légendaire, le phénix qui renait de ses cendres. Ma société n’a pas périclité à Toulouse, mais mon épouse et moi songions à rentrer dans notre région natale » sourit Ramon Giovanni. « C’est un nouveau départ plus qu’une renaissance même si j’avais quelques craintes en matière de débouchés commerciaux en implantant Phoenix Concordia à Lille » avoue-t-il. Accompagnée par Lille’s agency, Phoenix Concordia a bénéficié du soutien de l’agence en matière de recherche de site, de recrutement et de communication.

 

Une localisation stratégique

Depuis son implantation à Lille avec l’ouverture des bureaux (150 m2) et son centre de formation (650 m2 de hangar) en mai 2015, Giovanni Ramon ne touche plus terre. Ses craintes se sont envolées : « Les pointures de l’industrie aéronautique sont présentes dans le nord de la France et en Belgique. Les régions Lilloise et Bruxelloise ainsi que le Royaume-Unis offre de sérieux débouchés dans l’industrie aéronautique, plus particulièrement dans la maintenance des appareils. N’oublions pas la proximité immédiate avec l’Île-de-France à moins d’une heure en TGV ! »

 

Un marché de l’aéronautique régional… et international

« Avec 5 à 10 % de hausse de trafic aérien chaque année, les besoins en matière de sécurité et performance des appareils sont conséquents » souligne Giovanni Ramon.

Le carnet de commandes ne désemplit pas pour cet organisme de formation spécialisé dans la maintenance aéronautique régionale et d’affaires. Située sur d’anciens terminaux de l’aéroport Lille Lesquin, Phoenix Concordia jouit d’une situation idéale vis-à-vis des compagnies aériennes, des organismes de formations et même pour les particuliers envisageant une reconversion ! A 1h de Lille, le secteur aéronautique rayonne : SABCA (groupe Dassault) à Bruxelles, Dassault Aviation à Seclin, l’usine Stélia Aérospace à Méaulte en Picardie, l’aéroport Paris-Le Bourget, 1er aéroport d’affaires en Europe, Londres et l’aéroport de Farnborough, célèbre pour ses meetings aériens et son aviation d’affaire.

Giovanni Ramon, qui travaille déjà avec l’IAAG à Merville, l’ESMA à Montpellier, Air Formation à Blagnac, Sabena Technics Training à Mérignac, Glenn Air à Norwich (UK) pour les organismes de formation ainsi que Business and Commuter Aircraft (BCA) à Lyon, ASI maintenance à Toulouse, Textron au Bourget, Daher-Socata à Tarbes ou encore GAMA Aviation et Marshalls Aerospace au Royaume-Uni pour les organismes de maintenance, envisage des partenariats avec Régional (filiale Air France) et Avia Partners sur Lesquin.

Ses clients étrangers sont également très demandeurs et lui assurent pas mal d’heures de vol entre Lille et les destinations les plus exotiques comme Tahiti, la Guadeloupe ou l’Afrique !

 

Lille : berceau de la maintenance aéronautique à l’international

Si la région de Lille pourvoit des diplômés en techniciens aéronautique (Bac Pro et BTS), notamment grâce à l’IAAG, les métiers de la maintenance dans l’aéronautique exigent des compétences de pointe en raison d’une législation européenne promue par l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA, en anglais EASA). L’avantage concurrentiel de Phoenix Concordia ? Offrir des formations à la carte avec une réactivité et une mobilité accrues, bénéficier de l’agrément européen 147 via son partenaire et proposer des formations de type, complémentaires et indispensables aux techniciens aéronautiques issus d’une formation de base. Une centaine de mécaniciens sont formés chaque année dans le monde par Phoenix Concordia. Giovanni Ramon compte recruter 2 instructeurs anglophones d’ici 3 ans.

 

Le nouveau pôle de formation aéronautique en France ?

 Une implantation à Lille appelle un autre projet… Phoenix Concordia noue un partenariat avec l’Institut Aéronautique Amaury de la Grange (IAAG), afin de créer en 2016 un campus aéronautique qui sera un centre de formations globales (formations de base et formations type). « L’union entre notre institut et Phoenix Concordia aboutirait à l’émergence d’un pôle important de formation dans l’aéronautique, une première dans le nord de la France, même si l’IAAG jouit d’ores et déjà d’une place prépondérante au niveau de la formation basique en France » se réjouit Michael Bourgeois, directeur général de l’IAAG.

Quant à Giovanni, ses yeux pétillent à l’idée de réunir des élèves et des stagiaires internationaux dans ce futur campus autour de moteurs, d’hélices, de pièces et de modèles d’avions tels que le Beechcraft King Air et le Socata TBM.

Suivez-nous