Zoom sur...
Zoom sur...

01
Octobre 2014

Entreprendre autrement au sein d’une entreprise partagée

Partager notre article :

Avec un chiffre d’affaires de 22 millions d’euros pour 450 collaborateurs, Initiative et Cité est une expérience lilloise unique en France. Les modèles défendus par ce cluster, et déployés par deux de ses membres, Grands ensemble et SMartFr, prouve que l’alliance de personnes qui partagent les valeurs de l’économie sociale et solidaire (ESS) génère de la croissance.

 

Dirigées par Nicolas Wallet, les 2 coopératives nationales Grands ensemble et SmartFr* compte 5500 collaborateurs et ont généré 8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013.

Leur but ? Permettre à des personnes de lancer leur activité en étant salariés d’une coopérative dont elles dépendent.

Au sein de la coopérative, l’entrepreneur bénéficie du statut de salarié en CDI, d’une protection sociale, d’un accompagnement et de facilités administratives. Dès la signature d’une convention d’accompagnement, il peut lancer son activité et facturer ses prestations grâce au numéro de Siret de la coopérative.

 

Des moyens mutualisés et une gouvernance partagée

« Notre modèle repose sur des économies d’échelles. L’objectif  est de mutualiser des ressources, du personnel, des process, pour faciliter le développement de nos membres » explique Nicolas Wallet.

Ses membres partagent en effet un espace de 750 m² équipés de bureaux, de salles de réunions, d’une cantine et d’un lieu de coworking. Chaque membre reverse une contribution à la coopérative de l’ordre de 8,5 à 10 % dès lors qu’il a atteint un certain seuil en matière de chiffre d’affaires. Cette contribution sert à financer l’aide comptable et financière, les outils mutualisés tels que les locaux, un système de veille commerciale, une  assistance juridique… Rémunérés en tant que salariés, épaulés juridiquement et commercialement, ce modèle coopératif sécurise les entrepreneurs qui démarrent parfois seuls et sans portefeuille clients.

Cette gestion participative va de pair avec un mode de gouvernance partagée. Les membres peuvent devenir sociétaires des coopératives et exprimer leur avis sur sa stratégie de développement. Celle-ci applique le principe de « 1 part = 1 voix »  en son sein.

 

Prise de décision et prise de risque partagées

Pour Nicolas Wallet, «nous ne pouvons promettre la sécurité aux entrepreneurs que si nous mutualisons les risques».  Cela passe aussi par la coopération financière.

La coopérative peut investir les projets grâce à ses fonds propres. Récemment, Nicolas Wallet et ses collaborateurs ont réalisé un plan d’investissement de 35 000 euros pour l’achat de matériel de jardin pour un des créateurs. En gérant et en acceptant le risque collectivement, la coopérative offre une alternative au traditionnel prêt bancaire.

Initiatives et Cité offre également une expertise dans le domaine de la levée de fonds pour ses membres. 30 projets de levée de fonds ont vu le jour sur les 5 dernières années. Cette expertise et le poids de ses entreprises membres s’avèrent être des atouts considérables pour convaincre des créanciers, lors des levées de fonds d’amorçage par exemple, pour des lancements de projets au travers du Fonds d’Investissement pour le Développement de l’Entreprenariat Social et Solidaire (Fidess).

Initiatives et Cité organise des tours de table financiers auprès d’organismes bancaires, des sociétés de microcrédit et des plateformes d’initiatives locales.

Bientôt, un nouveau fonds de dotation intitulé Responsible Initiative Fund permettra de recueillir des dons de particuliers et d’entreprises. Dès lors, des projets socialement innovants verront le jour grâce à l’appui de cet outil et de plateformes de crowdfunding.

 

Des opportunités commerciales grâce à la coopération

Audrey Lecompte dirige COM’ O², une agence de communication hébergée chez Grands ensemble depuis mai 2013. « Je voulais être indépendante mais je ne voulais pas être seule,  lâchée dans la nature, ni supporter de lourdes contraintes administratives »  précise-t-elle. Les conditions de travail de la coopérative favorisent des affinités professionnelles et un climat de confiance, condition sine qua non pour une coopération réussie. Cette synergie entraînant parfois des collaborations ! Ainsi, en association avec son confrère Résonance, Audrey a pu répondre à un important appel d’offre et compte parmi ses premiers clients des membres du cluster !

 

*SmartFr est dédiée aux activités relevant du secteur culturel. Le siège social France est à Lille, réalise 5,5 millions de chiffre d’affaires et possède 10 implantations en France.

Grands ensemble regroupe 70 métiers divers et variés. Depuis son lancement à Lille en 2006, Grands ensemble a ouvert 4 antennes supplémentaires en France.

 

 

Suivez-nous