Zoom sur...
Zoom sur...

27
Mars 2015

Sharing economy : faire du partage un business model

Partager notre article :

Depuis 15 ans, nous assistons au grand boum de la consommation collaborative. En quoi cela consiste ? Qui est concerné, et comment en sommes-nous arrivés à ce nouveau modèle économique ? Décryptage.

 

Votre transaction a bien été enregistrée

Tout a commencé avec l’arrivée d’Amazon, eBay et Paypal et l’idée qu’une transaction financière sur internet finalement, ça n’est pas si dangereux. Lentement et malgré la peur de donner ses coordonnées bancaires à n’importe quel hacker (nb : pirate informatique), le consommateur s’est habitué à faire son shopping sur le net. D’ailleurs, aujourd’hui les Français sont les 3èmes plus gros consommateurs européens en ligne avec 31 milliards d’euros dépensés en 2013, derrière les Allemands et les Anglais avec, respectivement, 42 et 53 milliards d’euros dépensés. (sc : retailmenot.inc)

 

Bonjour, tu veux être mon ami ?

Puis Facebook a apporté la dimension de partage, comme au sein d’une énorme communauté où l’on connaitrait la vie de chacun dans ses moindres détails. La transparence qu’a engendrée la naissance des réseaux sociaux a amené le consommateur à dire instantanément ce qu’il pense: il partage ses idées, ses photos de vacances, il commente le quotidien des autres et se place en témoin de leur vie sociale…

 

T’as l’IPhone combien … ?

Enfin, les prouesses techniques en matière de téléphonie mobile nous permettent de rester hyper connectés, de tout partager en permanence et même de faire notre shopping sur notre smartphone (10% des Français achètent des produits via des applis de leur téléphone en 2015)

 

Sacrement de l’opportunisme

Tous ces changements comportementaux en parallèle d’une crise financière toujours présente nous ont conduits à la naissance presque naturelle de la consommation collaborative. En effet, le consommateur est devenu un « usager » plus qu’un propriétaire, et l’échange de produits électroménagers, le financement participatif ou encore le partage de nos moyens de locomotion sont apparus comme des mouvements de solidarité face aux difficultés financières que nous connaissions tous.

Voyant à quelle vitesse se propageait cette tendance, certains ont tout misé sur son avenir et ont lancé des plateformes de partage de nos logements, de nos voyages ou bien de nos vêtements en mettant en avant la connexion directe entre particuliers.

Aujourd’hui Airbnb, Blablacar ou encore Über surfent sur la vague de la sharing economy, et sont devenus les incontournables des petits plaisirs à bas prix.

Blablacar nous permet par exemple d’effectuer un trajet en voiture en partageant les frais avec des « co-voitureurs », ou Ouistock, le garde-meubles entre particuliers créé par deux diplômés d’HEI Lille, avec déjà plus de 100 000m3 disponibles à la location et 60% d’économies face aux solutions de stockage classiques. C’est une belle idée qui a séduit la communauté de la sharing economy, dès sa sortie en mai dernier.

Et si la consommation collaborative finit par remplacer l’acte d’achat, quel(s) danger(s) pour notre économie ?

 

Dans le Nord aussi on collabore !

Découvrez Click & Walk, la start-up lilloise en quête de votre satisfaction

 

Suivez-nous