Zoom sur...
Zoom sur...

10
Septembre 2015

Yamina Mazzouji chez IBM Lille, ou comment vivre son rêve.

Partager notre article :

Suite de la saga d’Invest In Digital People. Précédemment, nous vous avions présenté cette initiative d’un groupement d’entreprises numériques, et régionales. En manque de profils digitaux spécifiques, elles avaient entrepris un gros travail de sensibilisation auprès des collégiens, lycéens et demandeurs d’emploi par le biais de partenariats avec Pôle Emploi, des écoles, le Fafiec, et Lille’s agency.

Nous avons voulu connaître l’après-formation, et sommes allés à la rencontre de Yamina Mazzouji, une jeune femme solide et ambitieuse qui a fait partie des 10 candidats sélectionnés  pour la formation (de 400h) au métier de développeur. De quel secteur vient-elle ? Comment a-t-elle vécu ce nouveau processus de recrutement ? Qu’en est-il aujourd’hui de sa vie d’experte du digital ?

Zoom sur un parcours atypique.

 

Dites-nous tout. Puisqu’une des conditions d’admission dans la formation était de n’avoir jamais été initié à l’informatique, nous sommes très curieux de connaître le secteur d’où vous venez. Médecine ? Droit ? BTP ?

Et bien tenez-vous prête, parce que j’ai eu un parcours plutôt agité ! (rires) Après un Bac+2 commercial et une formation d’assistante de direction, j’ai enchaîné les stages dans différentes entreprises dont une société d’informatique. Là, ça a été le déclic. Entre deux missions d’intérim en tant que secrétaire, je me suis inscrite à une formation informatique de 9 mois. Sur 29 sélectionnés, nous ne sommes que deux filles.

Au fur et à mesure que les mois passent, la difficulté s’intensifie, et beaucoup abandonnent. Je me découvre plus « challengeuse » que jamais, et ces abandons me motivent encore plus : j’obtiens mon diplôme. A ce moment-là, je peux enfin commencer à rechercher un poste dans ce secteur qui me plaît tant, mais je me rends compte que très peu d’entreprises embauchent des profils bac+2 dans le digital…c’est la déception.

 

Quelle battante ! Mais alors, comment avez-vous intégré le groupe d’Invest In Digital People ?

J’ai entendu parler d’une formation en informatique proposée par le Pôle Emploi de Villeneuve d’Ascq, et y ai vu la chance de pouvoir aller au bout de mon nouveau projet professionnel. Mais je ne suis pas la seule ! Nous sommes 200, il doit en rester 10. Commence alors une longue période de tests et d’entretiens de motivation : c’est la sélection.

La première étape se présente sous la forme d’un « jobdating ». Chacun notre tour, nous passons 10 minutes devant le représentant d’une entreprise dont nous ne connaissons pas l’identité. Rapidement, on raconte notre parcours et notre motivation.

Pour la deuxième étape, c’est encore un entretien, mais de 45 minutes cette fois-ci, et devant 4 représentants d’entreprises différentes. Deux groupes de 4 jurés sont alors constitués, et nous devons successivement passer devant chacun d’eux. Mentalement, ça a été un moment très éprouvant car il a fallu tout donner deux fois de suite. Finalement, j’apprends que je fais partie des 10 sélectionnés, la formation va enfin commencer.

 

Passer de 200 à 10 pour une formation digitale : la pression n’était pas trop forte ?

C’est vrai que ça a été une période assez stressante, nous étions mis à l’épreuve tous les jours, rien que pour que les jurés soient sûrs de leurs choix et de notre réelle motivation. L’un d’entre eux nous avait d’ailleurs avertis au début du premier mois de formation : « Nous sommes à la recherche de personnes motivées, qui veulent aller loin dans l’entreprise ».

 

Avec cette pression constante, on se demande quelle était l’atmosphère au sein de votre promo. Etiez-vous des concurrents ou plutôt des camarades de classe ?

Nous n’étions pas en compétition entre nous au contraire, nous avions juste tous la même opportunité de changer de vie à condition de le vouloir suffisamment pour s’accrocher, et ne pas renoncer devant les incompréhensions que nous pourrions rencontrer tout au long de notre apprentissage. Tous issus de secteurs différents et candidats au même avenir, on se soutenait beaucoup, il n’y avait aucun jugement mais plutôt de l’entraide.

 

Vous saviez que vous alliez décrocher un CDI à la fin de cette formation, mais comment vous a-t-il été proposé ?

Ça a été une belle surprise ! Je m’en souviens très bien ; nous avons terminé la formation début janvier, et le vendredi 16 janvier j’ai reçu un appel de Bruno de Saint Laon (responsable recrutement du centre de services IBM Lille). Il s’est présenté, et m’a confié qu’il faisait partie du second groupe de jurés avec qui j’avais passé 45 minutes d’entretien au début de la sélection. Il avait beaucoup aimé mon profil, mon parcours et mon enthousiasme, c’est pourquoi il m’annonçait que je démarrais ma nouvelle vie de développeuse dès le lundi suivant chez IBM Services Center.

J’étais comme une folle, c’était exactement l’entreprise que je souhaitais intégrer en me lançant dans l’informatique.

 

J’imagine que ça dû être une grande fierté pour vous d’obtenir ce contrat. Racontez-nous votre arrivée dans cette nouvelle entreprise !  

J’ai donc commencé ma nouvelle activité le lundi 19 janvier, dans cette entreprise qui ne ressemble à aucune autre. J’ai été très bien accueillie, j’ai tout de suite senti l’influence américaine : de grands espaces très colorés, une équipe soudée et une direction qui se sent concernée par le bien-être de ses employés. Je me suis sentie vraiment chanceuse d’être intégrée dans cette grande famille et Nicolas Milhe (président) m’a mise particulièrement à l’aise au moment de me confier mes premiers projets.

 

Bilan de l’aventure : la concentration et l’endurance payent toujours ! 9 mois après votre intégration, avez-vous apprivoisé votre nouveau profil digital ?

Absolument ! On m’a même envoyée en Suède au mois de mai pour y suivre une formation sur un programme prochainement commercialisé par IBM. Cela fait d’ailleurs partie de ce qui me plaît chez IBM Services Center Lille ; pouvoir travailler sur des projets internationaux, continuer à monter en compétences grâce aux nombreuses formations proposées me permettant ainsi d’évoluer hiérarchiquement, le tout dans une ambiance toujours aussi familiale.

 

Yamina Mazzouji chez IBM Lille, ou comment vivre son rêve. rireEn plus d’un job en or, j’ai gagné un groupe d’amis ! À la fin de nos 4 mois intensifs, nous avons toujours gardé contact et avons prévu de nous retrouver prochainement pour fêter la fin de nos périodes d’essai !

 

Suivez-nous