Les entreprises innovantes de Lille Métropole

Elise, un modèle économique social et environnemental

25 septembre 2014

Nichée dans une impasse, rue d’Ypres à Wambrechies, la société Elise se remarque à peine. Une discrète plaque apposée sur la façade d’une maison présage pourtant que nous nous trouvons au siège social d’Elise (entreprise locale d’initiatives au service de l’environnement). Les collecteurs, les trieurs, le personnel administratif sans oublier le fondateur d’Elise, soit 60 personnes, trient les papiers de bureau dans quatre entrepôts.


Elise, un modèle économique social et environnemental

«Nos 15 collecteurs garent les camions dans ce hangar en fin de journée et gèrent 2500 points de collecte dans la métropole lilloise» m’informe Julien Auchecorne, responsable production. «Les déchets sont répartis par benne selon leur typologie et la nature du recyclage nécessaire, puis sont acheminés aux trieurs». Preuve à l’appui, une équipe s’affaire à déposer le bon papier dans la bonne benne. Une rigueur nécessaire pour optimiser le recyclage des papiers, notamment le papier blanc vendu à Veolia après traitement. Ce papier retourne conditionné dans de nombreux bureaux de la région de Lille.

Elise est née il y a près de 20 ans à partir d’un constat simple partagé par deux hommes. Certaines activités comme celles issues du marketing direct généraient d’importantes quantités de papier. Si le gâchis et l’impact environnemental préoccupe Bruno Meurat, le difficile accès à l’emploi pour les personnes handicapées ou en difficulté sociale inquiète Alexis Pelluault. Ces deux Nordistes imaginent alors une solution capable de réduire les déchets tout en favorisant la création d’emplois.  En 1997, Elise voit le jour. Par sa capacité à informer les entreprises sur le fonctionnement de la collecte, à les doter de corbeilles adaptées à leurs contraintes et à former durablement des personnes en insertion professionnelle et/ou handicapées, Elise devient un modèle économique à vocation sociale et environnementale.

Des PME aux grandes entreprises, les clients d’Elise lui confient leurs déchets de bureau (papier, ampoules, piles, gobelets plastique, canettes) dans les paniers en carton spécialement conçus par Elise.  Soucieux de casser l’image peu attrayante dont souffrent les filières de déchets, les fondateurs d’Elise lancent en 2013 une gamme de paniers dessinés par Philippe Starck et conçus en plastique végétal breveté par Roquette. « Pour que le recyclage soit tout sauf une punition, pour que le tri soit désirable » raconte le designer, sensible au développement durable.

Sa souplesse et sa capacité de collecte, jusqu’à 25 tonnes par jour, suscitent des vocations. En 2007, Elise devient un modèle qui se développe à travers un réseau de franchises. 20 sites déploient l’activité Elise en France, 200 personnes au total y œuvrent en faveur d’une économie responsable.

Partager notre article :


Suivez-nous